Micro Voyage

19 juin 2019

Heureuse époque

Nous vivons dans un monde de dingues, et j'hallucine chaque fois que je découvre la variété de divertissements qu'on nous propose aujourd'hui. Il y a quelques semaines, je me suis essayé à une activité carrément démente : j'ai fait un vol en avion de chasse à Rennes. Vous vous rendez compte ? Cette expérience insolite m'a incité à prendre un peu de recul. C'est assez hallucinant, d'observer combien l'existence humaine a été chamboulée avec la révolution industrielle, vous ne trouvez pas ? A une époque pas si lointaine, l'existence se résumait grosso modo à travailler dans les champs. C'était une vie rêche où la viande était un luxe, et où les journées de travail duraient du lever du soleil à son coucher. Les gens ne voyageaient pour ainsi dire pas : ils passaient toute leur vie au même endroit et le monde qui s'étendait au-delà restait très théorique. Désormais, nous vivons comme des pachas : nous faisons régime, partons en vacances, dépassons les frontières sans même nous en rendre compte grâce à internet. Nous mangeons des légumes qui proviennent de l'autre bout du monde, passons nos soirées sur le canapé. On ne peut pas plus différent ! L'humanité a connu pendant l'essentiel de son Histoire une vie laborieuse, mais est passé en un temps incroyablement court à une vie étonnamment luxueuse. De toute évidence, il y a encore des imperfections. Mais nous devrions peut-être percevoir notre confort, plutôt que de sans cesse scruter continuellement ce qui nous fait défaut. Nous sommes franchement vernis d'être sur Terre à l'heure actuelle ! Qui aurait pu envisager, il y a dix ans à peine, que la société civile pourrait effectuer un vol en avion de chasse pour le plaisir? Voici le site auquel j'ai fait appel, si vous voulez vous faire votre propre opinion. Une précision, pourtant : même si ce vol est incroyable, je la déconseille vivement aux personnes fragiles ! Davantage d'information est disponible sur le site de l'organisateur de ce baptême en avion de chasse.

aviondechasse (24)

Posté par microvoyage à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 juin 2019

La polémique du compteur Linky

Le secrétaire d’État chargé du numérique était l’invité de France Inter, ce vendredi 13 avril. Interpellé sur le dossier Linky, Mounir Mahjoubi a apporté des explications auxquelles nous, Collectif Anti-Linky 13, avons souhaité répondre. Invité de la matinale de France Inter, ce matin vendredi 13 avril , vous avez été interpellé par une auditrice au sujet du compteur Linky. Or, il nous est apparu que votre connaissance du dossier et de ce qui l’entoure est incomplète, voire erronée. Nous nous proposons donc de rétablir un certain nombre de vérités et de vous opposer notre vision de la transition énergétique et de « l’intelligence ». Notons d’abord que Nicolas Demorand vous a, à juste titre, interrogé pour comprendre pourquoi les usagers ne pourraient pas refuser ce compteur. Votre présence sur les ondes de la radio publique s’expliquait, en effet, par la préparation de la loi RGPP visant à protéger les citoyen-nes de l’exploitation abusive de leurs données personnelles, notamment par des entreprises du numérique comme les Gafa. EXCLUSIF La secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes annonce qu’elle déposera en 2018 un projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles. Le texte devrait verbaliser le harcèlement de rue, allonger la prescription des crimes sexuels sur mineurs et créer une présomption de non-consentement pour les enfants. Qu’attendez-vous du fait que l’égalité femme-homme soit élevée au rang de grande cause nationale ? Marlène Schiappa : Nous voulons que les chiffres des violences diminuent, qu’il n’y ait plus 84 000 viols et 220 000 agressions sexuelles par an et plus une femme qui meure sous les coups de son conjoint tous les trois jours. Dans la lettre de mission que m’a donnée le premier ministre est fixé l’objectif de sensibiliser et de mobiliser les citoyens sur la lutte contre les violences. Désormais, je vais interpeller les Français en les associant à l’écriture de cette loi. À lire : Qui sont les femmes battues ? Comment comptez-vous vous y prendre ? Marlène Schiappa : Ce lundi, nous ouvrons une vaste consultation. Concernant les délais de prescriptions, vous souhaitez donc aller au-delà de la législation actuelle, qui les fixe à 20 ans à compter de la majorité de la victime ? Pile au moment où j’arrive. Et moi je vois ce type juste devant moi, qui fait comme si je n’étais pas là. Je suis totalement sidéré. Je pourrais être en colère de la trahison, car on voit bien qu’il a essayé de nous cacher quelque chose, mais je suis assez content de l’avoir trouvé ! Je me rapproche à quelques centimètres de lui, mais toujours rien… il continue à « parler » au téléphone. Je lui tends la main et lui dis : « Bonjour Emmanuel. Tu ne nous dis plus bonjour ? Mes autres collègues t’attendent en bas ». J’ai senti à ce moment l’angoisse en lui. Il avait du mal à respirer. Son cœur battait à 200 à l’heure. Je lui demande ce qu’il fait là. « - Tu attends des clients, comme ça, sur le pas de la porte ? Pourquoi tu ne rentres pas ? Finalement, je lui force la main pour qu’il descende dire bonjour à mes collègues. Macron retrouve petit à petit son aplomb, pendant qu’on redescend au rez-de-chaussée. Loin, très loin de l’image habituelle — et plutôt populaire — des soutiens du FN. Il est vrai que pour entrer il fallait montrer patte blanche : seuls les invités, triés sur le volet, pouvaient franchir les portes de sécurité. Et de nombreux médias — de Rue 89 à Mediapart, en passant par «la Voix du Nord» ou «Quotidien» — se sont vu interdire l’accès. Officiellement pour des raisons de sécurité. «Libération», «le Monde», «les Inrocks» et «l’Obs» ont, par mesure de protestation, décidé de boycotter cette soirée électorale. De quoi susciter l’ironie de Stéphane Ravier, le maire du VIIe arrondissement de Marseille : «Ils ne sont pas là ? Ah, je me disais aussi que l’air était plus respirable que d’habitude», lâche-t-il, mettant ainsi le doigt sur les rapports difficiles, pour ne pas dire conflictuels, que le parti d’extrême droite entretient avec les journalistes. Le choc à peine digéré, les cadres frontistes se ressaisissent.

Posté par microvoyage à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2019

Top jetski

La semaine dernière, je me suis lancé dans un sport nautique riche en sensations : le jet ski. Mon expérience a pris place à la mer, et je peux d'emblée vous dire que j'ai eu droit à ma part de sensations. L'avantage du jet ski, c'est que l'on peut s'éclater dès le début. Apprendre à piloter se fait en cinq minutes et les sensations sont aussitôt présentes. Cela dit, on peut aussi améliorer sa technique, et ça peut demander un peu de travail. En conséquence, ce sport se destine aussi bien aux débutants qu'aux plus expérimentés. Et quelle que soit l'expérience, on bénéficie d'une extraordinaire sensation de liberté. Le jour J, nous étions six néophytes pour cette randonnée sur les vagues. Nous avons enfilé nos combinaisons avant de avons rejoint nos bolides, de magnifiques jet skis parés pour le départ. Le moniteur nous a expliqué le fonctionnement. En fait, il n'y a rien de bien sorcier : en tout et pour tout, une manette au guidon pour accélérer et décélérer. Il n'y avait pas de frein... Cela paraissait assez enfantin !  Quelques minutes plus tard, on a enfin allumé nos bolides et pris la mer. Je me serais cru dans un film : le vent sur la peau, les vagues qui deviennent les reliefs de ce terrain de moto-cross aquatique, la sensation de puissance... C'est très excitant qu'on a une impression de sécurité tout du long. Après tout, en cas de mauvaise manip', c'est moins douloureux que sur route ! C'est vraiment un sport axé sur le fun. Pour une conduite optimale, tout est question de souplesse. Si l'on part sur les chapeaux de roue, on a toutes les chances de se retrouver à l'eau. Il faut manier l’engin avec délicatesse afin de ressentir une véritable sensation de glisse sur l’eau. Mais on prend vite le coup de main et ça devient vite du fun à l'état pur. J'ai fait cette virée en jet ski à la mer, mais j'ai vu qu'on peut en faire un peu partout, même sur la Garonne. Il est donc possible que vous n'ayiez pas à allerà l'autre bout du monde pour découvrir ce sport insolite. Davantage d'information est disponible sur le site de l'agence organisatrice de location de jetski à Anglet. Cliquez sur le lien.

Posté par microvoyage à 13:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2019

Comment Trump gagne

Contre toute attente, le milliardaire imprévisible et outrancier new-yorkais Donald Trump, 70 ans, a remporté l'élection présidentielle de 2016 aux Etats-Unis, face à la démocrate Hillary Clinton. Investi président le 20 janvier 2017, il a succédé à Barack Obama. Promettant à l'Amérique ordre et sécurité, il fait de la lutte contre l'immigration la priorité de son administration à la Maison Blanche, symbolisée par son projet de mur à la frontière avec le Mexique. Après une campagne iconoclaste souvent en opposition à la ligne de son propre parti, le magnat de l'immobilier multiplie les bravades à l'international, notamment evers la Corée du Nord, la Chine et l'Iran. La chef des démocrates au Congrès américain juge qu'une procédure d'"impeachement" diviserait le pays. Le président américain réagissait au vote d'une résolution condamnant les discours de "haine", plutôt que l'antisémitisme, suite aux propos d'une élue musulmane. Depuis 1998 le droit américain est devenu une arme de guerre au service des intérêts du pays, souvent au détriment de l'Europe et peut-être bientôt de la Chine. Elle aurait caché ses dossiers scolaires en 2011 après des demandes pressantes d'amis du futur président américain pour les récupérer. L'ex-avocat du président a confirmé avoir versé de 130 000 dollars à l'actrice pour acheter son silence sur sa liaison supposée avec le milliardaire. Donald Trump-Kim Jong-un: un sommet pour rien, et après? Les présidents américain et nord-coréen se sont quittés sur un échec, à Hanoï, où ils devaient franchir une étape vers le désarmement. Avec l’aide des forces terrestres de l’Alliance du nord et un soutien aérien des forces de l’OTAN, ils renversent en quelques mois le régime taliban. Hamid Karzaï devient alors le nouveau président de l’Afghanistan. La situation à la mi-2002 semble se stabiliser, même si l’insécurité reste présente dans des régions hors du contrôle du nouveau gouvernement, tandis que les zones sous contrôle de la coalition sont la cible d’attentats. Le président Hamid Karzaï est ainsi victime d’une tentative d’assassinat, le 5 septembre 2002, lors d’un voyage dans la région de Kandahar. ] ; elle s’emploie à étendre l’autorité du pouvoir central et à faciliter la reconstruction du pays. Au 7 décembre 2004, une force internationale de près de 10 000 hommes était en Afghanistan, s’ajoutant aux 20 000 soldats américains toujours présents. Cette coalition, formée sous l’égide de l’ONU, tente d’installer des structures favorisant un retour de la démocratie. ]. Les Talibans visaient l’entreprise de sécurité américaine Dyncorps, qui s’occupe de la protection du président afghan Hamid Karzaï. En 2004, deux ans après l’intervention internationale, l’Afghanistan est redevenu le premier pays producteur mondial de pavot, utilisé pour produire l’opium et l’héroïne.

Posté par microvoyage à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2019

La course au super ordinateur

Bien que les ordinateurs quantiques n’existent pas encore sous une forme utile, vous pouvez trouver des prototypes très puissants dans un laboratoire sans fenêtre à environ 40 miles au nord de New York. Des tubes en matériaux supraconducteurs sont installés dans des réfrigérateurs plus froids que l’espace au Centre de recherche Thomas J. Watson d’IBM. Enlevez l'enveloppe cylindrique de l'une des machines et l'intérieur ressemble à un lustre de câbles en or suspendus, le tout conçu pour maintenir 20 qubits fragiles dans un état quantique isolé. "Vous devez garder la température très froide pour vous assurer que les bits quantiques ne s'emmêlent les uns avec les autres de la façon dont vous les programmez, et non avec le reste de l'univers", a déclaré Scott Crowder, vice-président de l'informatique quantique chez IBM. IBM est en concurrence avec Google et des startups comme Rigetti Computing, basée à Berkeley en Californie, pour obtenir toujours plus de qubits sur leurs puces. Microsoft, Intel et un nombre croissant de startups financées par le capital-risque font également d’énormes investissements. Ainsi sont les entreprises chinoises Baidu, Alibaba et Tencent, qui ont des liens étroits avec le gouvernement chinois. Mais les qubits sont capricieux et les premières déclarations commerciales masquent la lutte en cours pour les contrôler, soit en les bombardant de signaux hyperfréquences - comme le font IBM et Google - ou avec les lasers. "Cela ne fonctionne que tant que vous l'isolez et ne le regardez pas", a déclaré Chris Monroe, physicien à l'Université du Maryland. "C’est un grand défi technique." Monroe fait partie des dirigeants quantiques du monde universitaire et de l'industrie qui se sont réunis à Washington avec des représentants du bureau scientifique de la Maison Blanche. Certaines agences fédérales, y compris les ministères de la Défense et de l'Énergie, ont déjà déployé des efforts de recherche quantiques de longue date, mais les défenseurs plaident pour plus de coordination entre ces agences et une plus grande collaboration avec le secteur privé. «La technologie qui sous-tend ce domaine provient de choses assez étranges auxquelles les professeurs sont habitués à l'université», a déclaré Monroe, fondateur de démarrage quantique IonQ, qui fait flotter des atomes individuels dans une chambre à vide et oriente les lasers pour les contrôler. Mais il a ajouté que l'investissement des entreprises peut être risqué en raison des défis techniques et de la longue attente d'un gain commercial. «L'infrastructure requise, le matériel et le personnel sont beaucoup trop coûteux pour que quiconque puisse y accéder seuls», a déclaré Prineha Narang, professeur assistant en science des matériaux à l'université de Harvard. En investissant davantage dans la découverte et la formation de base - comme le ferait la National Quantum Initiative Act -, les États-Unis pourraient élargir le nombre de scientifiques et d’ingénieurs qui construisent des ordinateurs quantiques pour ensuite trouver des applications commerciales. En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste renommé de du spécialiste SEO Agence.

Posté par microvoyage à 14:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 novembre 2018

Voler de Rangita

La piste d'atterrissage de Rangitata Island de Russell Brodie était l'hôte de l'arrivée annuelle des avions de la côte nord d'Auckland le dimanche 26-08-2012. Toutes les photos envoyées par Russell Brodie via iPhone. Ci-dessus, nous avons le cardinal ZK-DFU du Cessna 177B (c / n 01663) du syndicat des cardinaux Capers de North Shore. Il est presque revenu à son ancien terrain d'estampage. Entre 1986 et 2006, il passa les années à Timaru, Ashburton, Hokitika, Franz Joseph et ensuite à Lake Tekapo avant de se rendre à Auckland. C'était à l'origine un avion New Plymouth Aero Club de 1972. Le Cessna 172M Skyhawk 11 ZK-DXQ (c / n 66074) a toujours été basé dans le Nord, passant ses vingt-deux premières années avec l'Aero Club de Bay of Island à Kerikeri. Il est maintenant membre de la base RNZAF d'Auckland Aviation Sports Club Inc à Whenuapai ZK-ELU (c / n 71322) est un modèle N du Cessna 172 actuellement inscrit à Andrew Milne de North Shore. Une fois Nelson basé, il est retourné dans le nord du pays en 1985 pour le Auckland Aero Club. Le Grumman American AA5A Cheetah ZK-ERJ (c / n AA5A-0290) a servi ses deux premières années en Australie avant d'être importé pour le club de vol NAC-BP à Christchurch. Depuis 1990, il est pris en charge par le syndicat des guépards de Browns Bay. Une vue moins commune est la Socata TB10 Tobago dont nous avons eu cinq dans le pays. ZK-JIE est c / n 1306 et appartient à la base RNZAF Auckland Aviation Sorts Club Inc à Whenuapai. Il a passé sa jeunesse avec le BAe Systems Flight Training à Tamworth en Australie à la fin de l'année 2003 pour Air2there à Paraparaumu. Le Cessna 182T Skylane ZK-PJC (c / n 81476) est un modèle 2004 qui est arrivé en Nouvelle-Zélande l'année dernière pour Pacific Cruises Ltd. de Peter et Christine Clark. C'est difficile à croire, mais ce Piper PA-28R ZK-RTE (c / n 28R-35725) a 42 ans. Il est arrivé à NZ en 2008 après une période d'agitation aux États-Unis, suivie d'un déménagement au Canada en 1982. Il a conservé les trois dernières lettres de son enregistrement canadien de C-GRTE comme identifiant Kiwi. , mais avec des périodes avec Air Discovery Et le Tauranga Aero Club. Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de ce de ce baptême de l'air en ULM à Granville.

Posté par microvoyage à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2018

Ils grandissent devant les écrans

Mais alors que Disney cultive depuis longtemps des légendes et des mythes dans le monde entier - les déposant dans des formats américains consuméristes et conviviaux pour la famille - les vidéos de ChuChu sont un type hybride différent: la société ingère des comptines et des séjours anglo-américains avec une touche subcontinental. Le plus célèbre ami des personnages est un éléphant licorne. Les comptines deviennent des vidéos musicales, complétées par des danses indiennes et une iconographie. Les enfants de tous les types de peau et de poil parlent avec un accent indien. De nombreux observateurs réagissent au succès inattendu de ChuChu en laissant entendre que la société a joué d’une manière ou d’une autre au système. «Chaque fois que nous allons aux États-Unis, me dit Chandar, les gens disent:« Vous avez craqué l’algorithme. »Mais nous n’avons rien fait. L'algorithme est un mythe complet. " ChuChu n'utilise pas les titres étranges remplis de mots clés utilisés par les chaînes YouTube à faible loyer. Les titres de la société sont simples, ensoleillés, cohérents. Sa théorie des médias est que les bonnes choses gagnent, c'est pourquoi ses vidéos ont gagné. «Nous savons ce que veulent nos abonnés et nous le leur donnons», déclare Chandar. ChuChu dit qu'il ajoute environ 40 000 abonnés par jour. Ce type de croissance suggère qu’il se passe quelque chose d’imprévu et de sauvage: la prise en main de l’amérique par les États-Unis sur le divertissement pour enfants s’achève. ChuChu n'est que la plus grande des nouvelles marques de médias pour enfants diffusées sur YouTube et réparties dans le monde entier: Little Baby Bum à Londres, Animaccord Studios à Moscou, Videogyan à Bangalore, Billion Surprise Toys à Dubaï, TuTiTu TV à Tel Aviv. et LooLoo Kids à Iași, une ville roumaine située près de la frontière avec la Moldavie. Les nouveaux médias pour enfants ne ressemblent en rien à ce à quoi nous nous attendions. Ils sont exubérants, bon marché, étranges et multiculturels. Le contenu de YouTube pour les jeunes enfants (ce que je pense être celui de Toddler YouTube) est un méli-mélo, un bricolage, un feu de corbeille, une explosion de créativité. L’attention des tout-petits est en grande partie axée sur les données et, comme nous l’avons vu avec le reste des médias sociaux, ses ramifications peuvent être plus profondes et plus larges que ce que vous pensiez au départ. Avec deux petits enfants chez moi, je n’ai pas navigué dans ce nouveau monde comme un défi théorique. Ma plus jeune, qui a 2 ans, peut rarement soutenir son attention en regardant les émissions de Netflix que nous avons organisées pour mon fils de 5 ans. Mais quand je lui ai montré une vidéo sur ChuChu, juste pour voir comment elle réagirait, j’ai pratiquement dû écarter mon téléphone d’elle. C'était quoi ce truc? Pourquoi cela a-t-il eu l'effet?Les enfants et la tech\ Uber à Chennai est essentiellement le même que Uber à Oakland, en Californie, où je vis. À l'aéroport, j'ai appuyé sur un bouton de mon téléphone. Bientôt, une berline blanche s'est arrêtée à l'extérieur. Mon chauffeur était un étudiant qui était venu à Chennai pour pénétrer dans Tollywood. Oui, Tollywood: T pour Telugu, la langue parlée par 75 millions de personnes, principalement dans le sud de l’Inde. Le chauffeur m'a déposé juste au sud du centre-ville, dans une nouvelle zone de gratte-ciel qui surplombe Srinivasapuram, un village de pêcheurs situé dans la baie du Bengale. Le village est suspendu à la périphérie de la ville, qui s'est rapidement modernisée. le gouvernement essaie de déplacer le village depuis des années. De mon hôtel, j'ai vu de minuscules personnages se diriger vers l'estuaire de la rivière Adyar et s'accroupir, regardant l'opulence du nouveau Chennai. Le siège de ChuChu occupe l’ensemble du premier étage d’un immeuble en verre bleu à rayures jaune vif. Des rangées d'animateurs bordent une allée centrale abritant de grandes surfaces colorées - des chaises étranges, des colonnes structurelles avec des graffitis - signifiant "bureau de la technologie ludique!". Le lieu de travail est entouré d'une dizaine de bureaux abritant les niveaux les plus élevés. ChuChu dit qu'il emploie environ 200 personnes. Chandar m'a rencontré et m'a conduit dans une immense salle de conférence. En plus d’être le PDG, il compose de la musique pour ChuChu. Il est le visage public de la société et, à 39 ans, quelques années plus jeune que les quatre autres fondateurs, qui détiennent chacun une participation égale. Il a envoyé un café chez un jeune homme, puis nous nous sommes assis avec son ami B. M. Krishnan, ancien comptable et cofondateur de ChuChu, qui est maintenant le responsable de la création de la société. C'est après que Krishnan a rejoint l'équipe créative, m'a dit Chandar, que ChuChu a vraiment commencé à devenir une popularité mondiale. Ce qui a fait la différence, en partie, c’est que Krishnan a décidé de réécrire des comptines qui, à son avis, ne se terminent pas bien et n’enseignent pas la morale. Et si Jack et Jill, après être tombés en allant chercher le seau d’eau, se relevaient, apprenaient de la résistance des oiseaux et des fourmis, recevaient en fait ce foutu seau d’eau et le donnaient à leur mère? «C’était« Jack et Jill 2.0 », a déclaré Chandar. "Je pensais, c'est comme ça qu'une comptine devrait être."

Posté par microvoyage à 08:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 septembre 2018

Quand la compagnie aérienne nationale a trop de dettes

Alors que le gouvernement travaille sur les moyens de relancer Air India, le ministre de l'Aviation civile, Suresh Prabhu, a déclaré que le transporteur national avait une «dette insoutenable» et que les problèmes hérités du passé devaient être réglés. Selon les estimations, Air India, dont les pertes sont impayées, devrait supporter un fardeau de plus de 48 000 milliards de roupies et les efforts du gouvernement pour le désinvestissement stratégique du transporteur ont échoué en mai. "Air India est clairement un problème hérité. La dette d’Air India est insoutenable. Oubliez Air India, personne ne peut supporter cette dette. Pour une compagnie aérienne, le service de cette dette n’est pas possible", a déclaré M. Prabhu. Le meilleur moyen est de voir comment gérer le problème de l’héritage, at-il ajouté. Air India a subi des pertes depuis la fusion avec Indian Airlines en 2007. Selon ses comptes vérifiés, les pertes accumulées par la compagnie aérienne se sont élevées à 47 145,62 milliards de roupies au cours de l'exercice 2016-2017. Selon le ministère de l'Aviation civile, les charges majeures liées aux intérêts, à la concurrence accrue, aux frais d'utilisation élevés des aéroports, aux effets défavorables de la variation du taux de change et à la libéralisation des accords bilatéraux avec les transporteurs étrangers entraînent une capacité excédentaire sur le marché. Une stratégie de relance est en cours d'élaboration alors que le gouvernement vise à rendre la compagnie aérienne "compétitive" avant de faire un nouvel effort en faveur du désinvestissement. Mardi, un haut responsable du ministère des Finances a déclaré que le gouvernement envisageait de transférer les actifs non essentiels d'Air India et la "dette non durable" à un véhicule spécialisé dans le cadre des mesures visant à relancer le transporteur national. La compagnie aérienne reste à flot sur un plan de sauvetage prolongé par l'ancien régime de l'UPA en 2012. Au cours de l’exercice en cours, la compagnie aérienne a reçu une injection de capitaux propres de 650 crores de roupies jusqu’en juin. Un plan de redressement et un plan de restructuration financière ont été approuvés pour Air India en 2012. Le mois dernier, le gouvernement a demandé au Parlement d’obtenir un crore de 980 roupies, à titre de subventions supplémentaires pour l’injection de capitaux propres dans la compagnie aérienne. Plus tôt ce mois-ci, le ministère a déclaré à la Rajya Sabha que le gouvernement restait attaché au désinvestissement d'Air India, mais qu'il n'avait pas l'intention de quitter le transporteur national. En ce qui concerne la situation des transporteurs nationaux, M. Prabhu a déclaré que chaque fois que les prix du carburant montaient, les compagnies aériennes seraient gravement touchées car il s’agissait d’un coût variable et qu’elles ne pouvaient pas être intégrées immédiatement dans le modèle économique. "Maintenant, nous devrons y travailler. Pas seulement l'Inde, mais le monde entier. Certaines compagnies aériennes mondiales sont confrontées à de sérieux problèmes", a-t-il déclaré lors de l'entretien. Je vous laisse lien pour en savoir plus sur ce vol en avion de chasse.

Posté par microvoyage à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 août 2018

Drogue et conséquences

Les personnes qui commencent à prendre de la drogue peuvent, à mesure que leur usage et ses consé- quences néfastes s’intensifient, atteindre les stades de l’usage nocif et, à terme, de la dépendance. L’usage, l’usage nocif et la dépendance forment un continuum caractérisé par une gravité et une fréquence d’usage croissantes. Dans toute société, les pratiques d’usage peuvent être représentées sous la forme d’une pyramide. Comme on peut le voir dans la figure ci-dessous, la base de cette pyramide est constituée des personnes qui ne consomment pas du tout de drogues. Le niveau intermé- diaire représente un groupe plus réduit de personnes qui font certes usage de drogues mais dont les pratiques ne revêtent pas un caractère pathologique. Enfin, la plus petite section, le sommet de la pyramide, représente les personnes qui souffrent de troubles liés à l’usage de drogues. Il importe de noter que, bien que ces personnes constituent la plus petite portion de la pyramide, elles sont à l’origine de la plus grande part des dommages et des conséquences néfastes subis par les usagers et de la plus lourde charge de morbidité connexe imposée à l’ensemble de la société. Dans le Rapport mondial sur les drogues 2017, l’ONUDC a fait observer qu’au niveau mondial, 28 millions d’années de vie en bonne santé avaient été perdues en 2015 en raison de l’usage de drogues. Sur ce nombre, 17 millions d’années de vie en bonne santé avaient été perdues du fait de troubles liés à l’usage de drogues, même si seulement 10% environ des personnes faisant usage de drogues en souffraient. Malheureusement, dans le monde, seule une personne sur six parmi celles qui souffrent de troubles liés à cet usage a accès à des services de traitement. La priorité devrait donc consister avant tout à mettre des services de traitement et de réadaptation à la disposition des personnes souffrant de tels troubles. Toutefois, les personnes qui font usage de drogues mais ne souffrent pas de troubles associés peuvent également avoir besoin d’être aidées pour éviter que leurs problèmes ne s’aggravent.

Posté par microvoyage à 13:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2018

Il vole comme un oiseau

Dans un article précédent, j'ai mentionné que j'avais assumé un rôle de gardiennage inattendu dans ce qui s'est avéré être une journée très pluvieuse. Les trois d'entre nous se sont retrouvés devant l'ordinateur à la recherche d'activités d'aventure en ligne pour divertir les jeunes enfants. Les deux enfants ont choisi ce qui serait leur activité préférée s'ils avaient la chance d'en recevoir un comme cadeau d'anniversaire. L'un a choisi la plongée sous-marine et l'autre a choisi une expérience de parachutisme indoor, car je me sentais un peu de couleur au moment où je leur ai posé un petit défi. Je leur ai demandé de produire chacun une histoire en pot du sujet et ce qu'ils pouvaient s'attendre à faire de l'expérience qu'ils avaient choisie. Sur la soumission de ces pièces, je les traiterais comme un anniversaire combiné et un cadeau de Noël. Mark était celui qui a choisi le parachutisme et c'est son essai. Dans les années qui ont précédé leur premier vol motorisé en 1903, Orville et Wlbur Wright ont réussi à apprendre les techniques rudimentaires de vol en construisant et pilotant des planeurs. Ils ont estimé que le vol propulsé était une possibilité et ont commencé à travailler sur le Wright Flyer; ils ont collaboré avec un de leurs employés de magasin de vélo de Dayton, Charlie Taylor dans la conception d'un moteur, qu'il a par la suite construit pour eux dans pas moins de six semaines. Ils ont choisi une plage à Kitty Hawk comme terrain d'essai, se rendant compte que le vent dominant constant donnerait à leur engin l'ascenseur dont ils avaient besoin pour voler. Ainsi, le 17 décembre 1903, après trois vols réussis, mais courts, Orville prend les commandes pour la quatrième tentative de la journée, il monte à une hauteur de vingt pieds et 852 pieds et 59 secondes plus tard il atterrit triomphalement. Bien qu'ils ne fussent pas les premiers à construire et à piloter des avions expérimentaux, les frères Wright furent les premiers à inventer des commandes d'avions permettant de voler à voilure fixe. Depuis les premiers pionniers du vol, les voyages en avion sont devenus une seconde nature et des centaines de vols vers toutes les parties du monde sont pris chaque jour. Maintenant, nous avons non seulement des aéronefs à voilure fixe pour un usage commercial et militaire, mais nous avons également des hélicoptères et même des ULM à siège unique qui sont essentiellement un deltaplane avec moteur. Même avant que l'homme n'atteigne le vol propulsé, il maîtrisait l'art du parachutisme, quand, dès 1797, André-Jaques Garnerin sautait d'un ballon à air chaud et flottait en toute sécurité jusqu'au sol. Le développement du parachute signifiait qu'il pourrait être utilisé pour sauver les aviateurs des avions et des ballons en détresse, plus tard il a livré des troupes sur le champ de bataille. Dans les années 1950, le parachutisme est devenu une activité sportive ou de loisir. La chute libre est obtenue en prenant l'avion à une grande hauteur avant que les participants sautent. Le parachute n'est pas déployé tout de suite afin que le parachutiste ait le temps de «voler» avant d'ouvrir la goulotte. Parachutistes expérimentés peuvent effectuer des tours et des manœuvres intelligentes pour tirer le meilleur parti de ces précieux moments de vol. De nos jours, ce type de «vol» peut être réalisé à l'intérieur dans des hangars spécialisés. Une soufflerie, similaire au type utilisé pour tester l'aérodynamique d'une voiture, est dressée de sorte que le souffle résultant est dirigé vers le haut. Après avoir été équipé et donné un briefing sur la sécurité, le participant se lance dans l'énorme vague de vent pour réaliser le même genre de vol qu'un skydiver d'un avion éprouverait. J'espère que Mark profite de sa journée - il le mérite. L'expérience de vol d'un enfant n'est que l'une des centaines de choses intéressantes à faire à l'extérieur qui peuvent être achetées en cadeau ou pour vous-même chez My Outdoor Store Suivez le lien pour découvrir notre vaste sélection d'idées de sorties. Retrouvez toutes les infos sur ce de pilotage avion à Narbonne en suivant le lien.

Posté par microvoyage à 14:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]