Micro Voyage

19 mai 2020

Un site internet gratuit

«Nous savons tous qu'Internet a évolué et s'est développé très rapidement ces dernières années. De nos jours, il est difficile de marcher dans la rue pendant cinq minutes sans laisser passer quelqu'un qui utilise un appareil mobile ou une tablette pour diffuser le contenu en streaming. Cela a entraîné une augmentation de la demande de services de création de sites Web. Cependant, il existe aujourd'hui de nombreux tutoriels disponibles gratuitement en ligne, qui vous expliquent exactement comment créer votre tout premier site Web gratuitement », a déclaré Alice, journaliste spécialisée dans la technologie basée à Evansville, IN.

Grâce aux nouvelles technologies et aux plateformes de conception Web telles que WordPress, la création d'un site Web en ligne ne prend pas plus d'un jour ou deux au maximum. La meilleure partie de tout cela est que maintenant tout le monde peut le faire lui-même grâce au «ce que vous voyez est ce que vous obtenez», formation seo Lille naturel de la conception web d'aujourd'hui. Il y a tellement de didacticiels gratuits en ligne aujourd'hui que pour obtenir un site Web en ligne ne nécessite aucune compétence technique ni expérience. Vous n'avez besoin que d'une formation de base et vous êtes prêt.

Selon certains concepteurs Web renommés, bien que l'on puisse penser que des plateformes telles que Wordpress nuiraient à la demande de services de conception Web, elle a en fait joué en leur faveur auprès de nombreux consommateurs à la recherche des nouveaux thèmes WordPress les plus récents et les plus cools du marché.

Les développeurs de websitewizard.tv sont un exemple de développeur Web WordPress. Ils soutiennent non seulement la croissance de Wordpress et de plates-formes similaires, mais ils vont même jusqu'à proposer des tutoriels gratuits étape par étape pour aider les internautes à obtenir gratuitement leur tout premier site Web en ligne. . Selon Alice: "la croissance de l'aide gratuite en ligne a entraîné une demande plus forte que jamais pour les services Web."

Selon certains des didacticiels vidéo de création de votre propre site Web mis à disposition par les gens de websitewizard.tv, n'importe qui peut commencer avec son tout premier site Web sans aucune connaissance préalable et avoir son site Web mis en place dans les 24 heures.

Posté par microvoyage à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 mai 2020

Les sytèmes d'immigration qui sapent les travailleurs

Nous avons continué à publier sur l'immigration en Australie, car il s'agit d'une étude de cas importante. Premièrement, lors des discussions sur le Brexit, les responsables britanniques ont exprimé à plusieurs reprises leur souhait de passer à un système d'immigration basé sur les compétences comme celui de l'Australie. Les règles ont peut-être changé depuis que j'y étais (2002-2004), mais l'Australie a utilisé un système basé sur des points qui accordait des points pour être jeune, instruit et maîtriser la langue. L'une des plaintes était que les jeunes pouvaient entrer sans avoir nécessairement un emploi parce qu'ils n'avaient pas de contacts locaux et à l'époque (alors que l'Australie était encore assez restrictive sur le nombre total autorisé par an, à la consternation des entreprises ; cela a changé peu de temps après mon départ), plus de gens avaient tendance à être admis avec des compétences techniques qu'il n'y avait d'emplois. (Les lecteurs canadiens pourraient peser. Le Canada exige que vous postuliez dans une province particulière, et d'après ce que je peux dire, les provinces sont très précises quant au type de migrants qualifiés qu'ils veulent, comme les cuisiniers alevins »et les administrateurs d'hôpitaux»). Deuxièmement, l'Australie est instructive pour être passée d'une période d'immigration relativement faible (la population augmentait à peine quand j'y étais) à une augmentation de la population de 20% en environ 13 ans, due presque entièrement à une immigration libéralisée. Par Leith van Onselen. Publié à l'origine sur Macrobusiness Hier, un groupe d'universitaires du travail a publié un livre, intitulé La crise des salaires en Australie, qui déplore la croissance anémique des salaires en Australie et propose des politiques. Les chapitres 13 et 14 renferment des analyses incendiaires sur le grand rapport salarial des migrants australiens, qui abaisse sans ambiguïté les normes d'emploi et affaiblit les travailleurs locaux. Vous trouverez ci-dessous les principaux exemples du chapitre 13 intitulé Travailleurs migrants temporaires (TMW), sous-paiement et modèles économiques prédateurs, écrit par Iain Campbell: Ce chapitre fait valoir que l'expansion de la migration de travail temporaire est un développement important en Australie et qu'elle a des implications pour la stagnation des salaires… Trois faits principaux concernant leur présence en Australie sont pertinents pour la discussion sur la stagnation des salaires. Premièrement, il existe un grand nombre de TMW en Australie, actuellement environ 1,2 million de personnes. Deuxièmement, ces chiffres ont fortement augmenté au cours des 15 dernières années. Troisièmement, lorsqu'ils sont employés, de nombreux TMW sont soumis à l'exploitation, y compris les salaires qui tombent en dessous - parfois bien en dessous - des niveaux minimaux spécifiés dans la réglementation de l'emploi… Un lien avec le ralentissement de la croissance des salaires, comme le souligne l'économie orthodoxe, découle du simple fait d'une augmentation des effectifs, qui augmente l'offre de main-d'œuvre et contribue ainsi à modérer la croissance des salaires. Ce chapitre fait valoir, cependant, que le point le plus saillant concerne la façon dont de nombreux TMW sont maltraités sur le lieu de travail dans des secteurs industriels tels que les services alimentaires, l'horticulture, la construction, les services personnels et le nettoyage. Les sous-paiements de TMW, qui semblent à la fois répandus dans ces secteurs et systémiques, offrent un aperçu de la dynamique du marché du travail qui est également pertinente pour le problème général de la faible croissance des salaires… Les données officielles sur les stocks indiquent que les programmes de visas pour les étudiants internationaux, les travailleurs temporaires qualifiés et les vacanciers qui travaillent ont triplé depuis la fin des années 90… Au total, le nombre total de TMW en Australie est d'environ 1,2 million de personnes. Si nous incluons les citoyens néo-zélandais et les résidents permanents, qui peuvent entrer en Australie avec un visa spécial de la sous-classe 444, sans limite de temps pour leur séjour et avec des droits de travail illimités (mais sans accès à la plupart des paiements de sécurité sociale), alors le total est proche de 2 millions de personnes… Les TMW représentent désormais environ 6% de la main-d'œuvre australienne totale… Les décisions prises par le gouvernement de la coalition fédérale sous John Howard pour introduire des voies d'accès plus faciles à la résidence permanente pour les titulaires de visas temporaires, en particulier les étudiants internationaux et les travailleurs qualifiés temporaires, ont donné une impulsion majeure aux programmes de visas TMW. La plupart des étudiants internationaux et des travailleurs temporaires qualifiés, ainsi que de nombreux vacanciers qui travaillent, se considèrent comme impliqués dans un projet de migration `` échelonnée '' ou `` en plusieurs étapes '', par lequel ils espèrent passer de leur statut actuel à un visa à plus long terme statut, idéalement résidence permanente. Un résultat, alors que la migration temporaire se développe alors que le flux permanent reste effectivement plafonné, est une longue file d'attente de demandeurs de résidence permanente à terre… Bien que les comptes rendus standard décrivent l'immigration australienne comme orientée vers la main-d'œuvre qualifiée, cette caractérisation va à l'encontre des nombreuses preuves de l'expansion de la migration temporaire et du caractère des emplois de TMW. Il est vrai que de nombreux TMW, comme leurs homologues du volet permanent, sont hautement qualifiés et qualifiés en ce sens. Cependant, le fait que leur travail soit principalement dans des emplois peu qualifiés suggère qu'il est plus exact, comme le soulignent plusieurs chercheurs, de parler d'un changement en Australie vers un programme de migration de fait peu qualifié… Une concentration sur le nombre brut de TMW risque de passer à côté du lien principal avec le ralentissement de la croissance des salaires. C'est le troisième point concernant les sous-paiements et les modèles économiques prédateurs qui semble le plus riche en implications. Ce point suggère, tout d'abord et de toute évidence, un frein supplémentaire à la croissance des salaires dans les secteurs où ces sous-paiements et ces modèles économiques prédateurs se sont intégrés. S'ils deviennent plus répandus, les paiements insuffisants font baisser le salaire horaire moyen. Si un nombre substantiel d'entreprises sur un marché du travail spécifique intensifient les stratégies de minimisation des coûts de main-d'œuvre en poussant les taux de salaires en dessous du plancher légal, cela peut déclencher une dynamique de concurrence autour des taux de salaires qui préfigure la baisse des salaires plutôt que la croissance des salaires des employés… L'augmentation de l'offre de main-d'œuvre permet aux employeurs de secteurs déjà orientés vers des emplois flexibles et à bas salaires, tels que l'horticulture et les services alimentaires, de maintenir et d'étendre les stratégies de minimisation des coûts de main-d'œuvre… Les arguments et les preuves cités ci-dessus suggèrent une propagation des modèles économiques prédateurs dans des des industries à bas salaire37. Ils suggèrent un processus de dégradation en cours sur ces marchés du travail… Et ci-dessous, des extraits du chapitre 14, intitulé Y a-t-il une crise des salaires face aux migrants temporaires qualifiés?, Par Joanna Howe: Il ne se passe quasiment pas une journée sans un autre gros titre de vol de salaire impliquant des travailleurs migrants temporaires… Dans ce chapitre, nous explorons une histoire en grande partie inédite concernant les travailleurs migrants temporaires… elle expose une crise salariale très réelle à laquelle sont confrontés les travailleurs titulaires du visa TSS (Temporary Skill Shortage) (anciennement le visa 457) en Australie. Cette crise a été précipitée par la décision du gouvernement fédéral de geler le salaire minimum des travailleurs migrants temporaires qualifiés depuis 2013… le gouvernement a choisi d'exercer une pression à la baisse sur les salaires réels des migrants temporaires qualifiés, permettant ainsi subrepticement l'utilisation du visa TSS -des emplois rémunérés… En Australie, ces travailleurs sont employés via le visa TSS et ils doivent être payés au moins un salaire minimum. Ce salaire minimum est appelé le seuil de revenu de la migration des travailleurs qualifiés temporaires (TSMIT). Le TSMIT a été introduit en 2009 en réponse aux préoccupations généralisées pendant les années d'exploitation des travailleurs migrants par le gouvernement Howard. Cette protection a été jugée importante, car un examen indépendant a révélé que de nombreux 457 travailleurs des visas ne recevaient pas un salaire équivalent à celui des travailleurs australiens… En effet, TSMIT est censé servir de proxy pour le niveau de compétence d'une profession particulière. Il empêche les employeurs sans scrupules de classer à tort une profession à un niveau de compétence plus élevé afin d'employer un titulaire de visa TSS à un niveau inférieur… La capacité de protection de TSMIT est aussi forte que le niveau auquel elle est réglée. Dans son itération initiale de 2009, il était fixé à 45 220 dollars australiens. Ce niveau a été déterminé par référence à la rémunération hebdomadaire moyenne des Australiens, avec l'intention que TSMIT y soit rattaché car le gouvernement australien considérait qu'il était «important que TSMIT conserve suivre la croissance des salaires sur le marché du travail australien ». Cette indexation s'est produite comme sur des roulettes pendant cinq ans. Mais depuis le 1er juillet 2013, TSMIT est gelé à un niveau de 53 900 dollars australiens. Il existe désormais un écart de plus de 26 000 dollars australiens entre le salaire minimum des travailleurs migrants temporaires qualifiés et le salaire annuel moyen des travailleurs australiens. Cela signifie que le visa TSS peut de plus en plus être utilisé pour employer des travailleurs migrants temporaires dans des professions qui attirent un salaire bien inférieur à celui gagné par le travailleur australien moyen. Cela soulève la question - l'érosion du TSMIT permet-elle au visa TSS de se transformer en un visa général d'offre de main-d'œuvre plutôt qu'un visa limité à combler les lacunes du marché du travail dans les professions qualifiées et à hauts salaires? .. Mais pourquoi les employeurs feraient-ils tout leur possible pour embaucher un travailleur migrant temporaire avec un visa TSS plutôt qu'un travailleur australien? Le démographe australien de renom Graeme Hugo a observé que les employeurs «auront toujours une demande» de travailleurs étrangers si cela se traduit par une baisse de leurs coûts »17. L'idée simpliste selon laquelle les employeurs ne prendront la peine et les frais de faire une demande de visa TSS que lorsque ils veulent faire face à une pénurie de compétences survole une gamme de motifs qu'un employeur peut avoir pour utiliser le visa TSS. Il peut s'agir d'une réticence à investir dans la formation du personnel existant ou potentiel, ou d'une volonté d'évoluer vers une main-d'œuvre non syndiquée. De plus, pour certains employeurs, on pourrait croire que, malgré l'exigence que les travailleurs des visas du TSS soient employés à des conditions équivalentes à celles des locaux, il est plus facile d'éviter de payer les taux et conditions de salaire du marché pour les travailleurs migrants temporaires qui ont été reconnus comme une position vulnérable sur le marché du travail. Un exemple récent de cela est les sous-paiements massifs des chefs et des cuisiniers employés par la plus grande entreprise de restauration haut de gamme d'Australie, Rockpool Dining Group, qui ont constaté que les titulaires de visa étaient payés à des niveaux juste supérieurs à TSMIT mais bien en dessous de la récompense en tenant compte de la quantité d'heures supplémentaires effectuées… En termes simples, la demande temporaire de travailleurs migrants crée souvent un besoin permanent pour eux sur le marché du travail. La recherche montre que dans les industries où les employeurs se sont massivement tournés vers les migrants temporaires, cela érode les salaires et les conditions dans ces industries au fil du temps, les rendant moins attrayantes pour les habitants… Une enquête nationale sur les travailleurs migrants temporaires a révélé que 24% des 457 titulaires de visa qui ont répondu à l'enquête étaient payés moins de 18 dollars australiens de l'heure. Non seulement ces travailleurs ne sont pas payés selon TSMIT, mais ils reçoivent également moins que le salaire minimum. Un certain nombre de cas révèlent également des tentatives créatives des employeurs pour renverser le TSMIT. Compte tenu des difficultés rencontrées par de nombreux migrants temporaires dans l'accès aux voies de recours, ces cas ne font probablement qu'effleurer la surface en termes de non-conformité des employeurs au TSMIT… Combiné, donc, aux problèmes d'application et de conformité, il n'est pas difficile de conclure que l'échec de l'indexation du TSMIT contribue à une crise salariale pour les travailleurs migrants temporaires qualifiés ... Donc, l'échec de l'indexation du salaire minimum pour les travailleurs migrants qualifiés est probable affecter la croissance des salaires de ces travailleurs et avoir des implications plus larges pour tous les travailleurs du marché du travail australien. Bien que le livre ait fait un excellent travail pour disséquer le rorting systémique des travailleurs migrants temporaires, ce qui compromet la croissance plus large des salaires, il n'a malheureusement pas non plus abordé le rorting du programme permanent de migrants australiens «qualifiés». Comme indiqué précédemment, aucune des cinq principales professions ayant obtenu un visa permanent dans le volet qualifié en 2017-2018 n'était en pénurie de main-d'œuvre au cours des quatre dernières années, selon la liste historique des pénuries de compétences en Australie du Département des emplois et des petites entreprises » En outre, la migration globale des compétences - à la fois permanentes et temporaires - continue de se dérouler à des niveaux extrêmes malgré des pénuries de compétences réelles proches des niveaux de récession, selon les mêmes données du ministère de l'emploi et des petites entreprises: Rappelez-vous, c'est l'accueil permanent de migrants qui est principalement à l'origine de l'augmentation de la population australienne et donc de l'étouffement des infrastructures et de la hausse des coûts du logement, en plus de faire baisser les salaires. De nombreux migrants viennent également en Australie initialement avec des visas temporaires dans l'espoir de passer à l'un des nombreux visas non humanitaires permanents délivrés chaque année (environ 160 000 en 2017-18). Par conséquent, si l'Australie supprimait la carotte de la résidence permanente en réduisant son admission, cela réduirait également automatiquement le flux de migrants temporaires, car les deux zones sont intrinsèquement liées. À son tour, le pouvoir de négociation des travailleurs serait accru. Plus largement, le coût de la vie des travailleurs ordinaires serait réduit par une baisse de l'immigration, par exemple via des logements moins chers (prix et loyers) et des infrastructures, sans parler de la chute du dollar australien, rendant ainsi les industries exposées au commerce plus compétitives. En fin de compte, le soi-disant système d'immigration qualifié de l'Australie est un rort géant qui consiste à réduire les coûts de main-d'œuvre pour les employeurs en écrasant les salaires et en abrogeant leur responsabilité de formation, tout en alimentant le lobby de la croissance plus de consommateurs. Il a besoin d'une réforme radicale et sectorielle, en commençant par une réduction spectaculaire de l'admission globale de migrants permanents, ainsi qu'en fixant un plancher salarial pour les migrants `` qualifiés '' du 80e au 90e centile des gains, garantissant ainsi que le régime est utilisé avec parcimonie par les employeurs. seulement les migrants les plus qualifiés, pas comme un outil général du marché du travail pour accéder à une main-d'œuvre étrangère bon marché. Je suis très opposé à l'immigration basée sur les compétences. Les pays développés devraient cesser d'écrémer le capital humain des autres pays et investir dans leur propre main-d'œuvre. Je suis très fatigué des entreprises qui cherchent un gouvernement pour résoudre leurs problèmes. Ce n'est pas le travail du gouvernement. L'immigration (bien qu'elle doive être réduite) devrait donner la priorité au maintien / au regroupement des familles. Nos sociétés doivent se concentrer sur la fixation et le maintien des communautés, et non sur la distribution aux entreprises qui souhaitent employer une main-d'œuvre à bas salaire. Joyeux Vendredi a tous! Toutes mes excuses pour la mini-diatribe. Joe Well Je suis très opposé à l'immigration basée sur les compétences. Vous êtes donc favorable à une baisse des salaires des travailleurs peu qualifiés? À titre d'exemple, ici aux États-Unis, nous avons des médecins massivement payés qui ont cruellement besoin d'être exposés à la concurrence étrangère. Je ne veux pas écourter les investissements des autres pays dans mes écoles, mais quelle est l'alternative? Et qu'est-ce que cela fait pour l'inégalité raciale quand vous faites venir chaque année plus de personnes à bas salaires qui ne sont pas blanches? Benjamin Wolf Vous êtes donc favorable à une baisse des salaires des travailleurs peu qualifiés? À titre d'exemple, ici aux États-Unis, nous avons des médecins massivement payés qui ont cruellement besoin d'être exposés à la concurrence étrangère. Je ne veux pas écourter les investissements des autres pays dans mes écoles, mais quelle est l'alternative? Négocier des normes de résidence et cesser d'entraver la libre circulation du personnel médical. S'ils choisissent de quitter leur pays d'origine, c'est leur droit individuel. Joe Well Amen!!! Et pas seulement les pays et les médecins, mais les États et toutes les professions autorisées. Un seul système national d'octroi de licences informatisé où une personne du Maine qui veut se couper les cheveux ou enseigner aux enfants au Nouveau-Mexique n'a pas à s'y rendre physiquement et à payer pour les hôtels de l'année précédente afin de passer les examens de licence. Il s'agit d'un protectionnisme au niveau de l'État et d'un don à l'industrie de l'éducation en croissance continue. Vous devez vraiment y réfléchir. Joe Well Bien que je sois profondément reconnaissant pour ce site et pour tout le travail que vous faites sur celui-ci, je suis déçu du ton que vous prenez avec les commentateurs, y compris les remarques ad hominem comme suggérant que je n'ai pas résidé à l'étranger (comme si cela était pertinent) . J'ai établi ma résidence légale complète dans un pays étranger et ma résidence temporaire dans deux autres, et bien que je sache qu'il n'y a pas de droit de séjour ou de travail, il existe un droit internationalement reconnu de quitter son pays, ce qui est contraire à tout Brain Drain », ce à quoi faisait référence le commentaire initial que je citais. En tout cas, tout droit légal peut être créé. Ou, nous pourrions simplement créer plus de visas. Il y a déjà des tentatives d'harmoniser les conditions d'octroi de licences par l'État et de permettre également aux titulaires de licence dans un État de travailler dans un autre, bien que des types de marché libre conservateurs l'utilisent malheureusement comme couverture de la déréglementation. Voici l'Interstate Medical Licensure Compact qui couvre 30 États, mais pas les États côtiers les plus riches. Il y a quelque chose de similaire pour les infirmières. Je ne pense pas qu'il soit difficile d'imaginer que cela soit radicalement étendu, même si nous décidons de ne pas fédéraliser complètement les licences. Mais pour une raison quelconque, cela n'est pas considéré comme un problème libéral ou de gauche et les conservateurs s'en emparent. Votre commentaire était en faveur d'un commentaire qui se terminait par cette remarque: Négocier des normes de résidence et cesser d'entraver la libre circulation du personnel médical. S'ils choisissent de quitter leur pays d'origine, c'est leur droit individuel. Si vous ne voulez pas être mal interprété, vous devez faire attention aux remarques que vous approuvez avec enthousiasme. Soutenir l'idée qu'un individu quitte son pays d'origine comme un droit individuel et la libre circulation »de la main-d'œuvre n'est pas compatible avec une expérience des exigences en matière d'immigration. Vous avez fourni les motifs pour que tout lecteur vous considère comme ignorant des procédures d'immigration. En ce qui concerne le permis d'exercice médical, les hôpitaux sont toujours réglementés localement, et ces exigences recoupent probablement les règles de licence médicale de l'État. Je n'aime pas le lien de contrôle sur le fait que le gouvernement fédéral ou les États cèdent leur autorité. La préemption fédérale a beaucoup fonctionné contre les particuliers dans les services bancaires et financiers. L'État de New York a une très forte protection des consommateurs dans le domaine médical, et je n'aime pas l'idée que les pactes entre États affaiblissent cela. ChristopherJ Oui Joe, médecins et avocats, dentistes, tous qualifiés pour empêcher la concurrence à l'étranger et limiter le nombre d'étudiants, en particulier dans les «écoles» spécialisées. Et Johnny, oui, tout le processus pue. Cela devrait être beaucoup de travail dans ma partie du monde, Cairns, mais une grande préférence pour les touristes de travailler dans le secteur touristique, également dans le secteur agricole. Et le plancher salarial ne bouge pas Comment est-ce légal Je me souviens de la Silicon Valley, où l'emploi d'immigrants légaux a eu un effet considérable sur l'emploi des citoyens, les salaires et le logement. Par exemple, le décompte des voix dans le comté de Santa Clara pour le contrôle du loyer de la proposition 10 aurait été beaucoup plus élevé s'il n'y avait pas eu une si grande population de locataires qui étaient des immigrants légaux qui ne pouvaient pas voter sur la question, idem dans tout l'État de Californie, où sont également de grandes quantités d'immigrants illégaux). Il n'est pas mentionné dans cet article si la prédominance des employés immigrés légaux était des hommes. Dans la Silicon Valley, ils étaient / sont, et si certains codes postaux sont étudiés, la diminution des populations féminines est bien évidente. Essentiellement, cela semble importer une partie du déséquilibre entre les hommes et les femmes en Asie. PKMKII Par conséquent, si l'Australie supprimait la carotte de la résidence permanente en réduisant son admission, cela réduirait également automatiquement le flux de migrants temporaires, car les deux zones sont intrinsèquement liées. À son tour, le pouvoir de négociation des travailleurs serait accru. Le grand S'il y en a, si les travailleurs ont les bonnes voies pour négocier. Des conditions théoriquement favorables à des gains dans la négociation des travailleurs ne peuvent se poursuivre que si les travailleurs ont les outils tels que des lois du travail solides et des syndicats pour agir sur leur effet de levier. C'est pourquoi, malgré le resserrement du marché du travail, les salaires américains ne connaissent pas de réelle croissance. John Wright Un marché du travail vraiment tendu manifeste l'action standard pour obtenir de meilleurs salaires, c'est-à-dire trouver un meilleur emploi ailleurs (AKA votant avec les pieds »). Les employeurs des personnes qui partent réagiraient en augmentant les salaires pour retenir les gens. Et les nouveaux employeurs devraient payer des salaires / avantages sociaux plus élevés pour attirer le nouvel employé. Les salaires stagnants sont la preuve de tout, MAIS d'un marché du travail tendu. Cela augmente mon salaire ou je vais à un meilleur emploi ». Le phénomène n'a besoin d'aucune force d'application du droit du travail ni de syndicats forts. Pour moi, toute l'histoire du marché du travail tendu »est une preuve supplémentaire de l'alliance du gouvernement, des médias et des entreprises dans leur pouvoir sur les salaires en maintenant l'offre de main-d'œuvre élevée. Le gouvernement et les médias disent aux travailleurs que le marché du travail est bon (taux de chômage record ») tout en étant confiants que les travailleurs ne peuvent pas vraiment trouver un meilleur emploi ailleurs. Je sais que dans ma région du nord de la Californie, les restaurants fast-food ont du mal à embaucher / retenir des travailleurs à bas salaire. La raison en est que les incendies de forêt d'octobre 2017 ont créé beaucoup de demande actuelle de travailleurs de la construction et de nombreux travailleurs de la restauration rapide ont voté avec leurs pieds »pour des emplois de la construction mieux rémunérés. C'est une véritable preuve d'un marché du travail tendu ». Jason Tout comme l'article de Nagle, et toutes les autres pièces exposant ce point de vue, puniraient les immigrants pour les péchés commerciaux. Cela ne veut pas dire que l'immigration n'a pas de réel impact sur les travailleurs. La capacité des propriétaires d'entreprise à tirer parti de la vulnérabilité des immigrants à supprimer les salaires est très réelle. Ce qui est absolument sidérant pour moi, c'est de faire le choix de poursuivre les immigrants plutôt que les propriétaires d'entreprise. Le fait que des politiques d'immigration de plus en plus restrictives auront alors un impact très réel sur la vie des immigrants est complètement ignoré. Des vies qui sont déjà très difficiles (tout comme la vie des gens de la classe ouvrière dans le monde). Poursuivre une politique qui aggraverait la vie des immigrants plutôt que de renforcer la protection des travailleurs pour tous les travailleurs n'est pas une position morale ni pratique. C'est une position prise pour des raisons d'opportunisme politique qui divise davantage la classe ouvrière. JerryDenim Chaque gouvernement souverain a un devoir avant tout envers ses propres citoyens. Les gouvernements souverains ne peuvent contrôler que les lois et les politiques de leur propre pays et pas des autres, c'est pourquoi il est préférable de laisser chaque gouvernement souverain se préoccuper avant tout de ses propres affaires et ne pas essayer de résoudre les problèmes du monde entier. Les États-Unis ne peuvent pas plus résoudre la pauvreté dans le monde en offrant à tous les pauvres dans le monde un emploi non syndiqué à bas salaire que je ne peux résoudre le problème de la pauvreté dans ma communauté en laissant ma porte ouverte et en encourageant le pillage de ma maison par ceux de moyens moindres. Le concept de devoir est à la fois un concept moral de bon sens et un concept juridique très ancien et bien défini. Si je devais être charitable envers des étrangers au point de ne pas pouvoir nourrir, vêtir ou loger mes propres enfants, je ne serais pas considéré comme un noble et un grand humain, je serais considéré comme un idiot qui n'avait pas satisfait mes devoir important envers les personnes dont j'étais le plus responsable. J'abandonnerais ceux à qui je dois le plus ainsi que ceux qui dépendent le plus de moi. Avez-vous lu le post? Y a-t-il quelque chose que vous pensez que les auteurs se sont trompés? Moraliser émotionnellement au sujet de l'aide en italique pour tous les travailleurs »bien que peut-être bien intentionné, ignore le concept incroyablement basique et irréfutable du devoir. Vous ignorez également l'érudition, la souffrance des pauvres américains (Case-Deaton, diminution de l'espérance de vie) et l'effet caustique absolu inondant les frontières avec une main-d'œuvre migrante bon marché a sur la cohésion sociale et la démocratie. Brexit, les Gilets jaunes, Trump, vous voulez plus de troubles et un populisme anti-mondial de droite qui penche vers le fascisme? Continuer à ajouter les bas salaires, les sans-papiers, le marché noir, la main-d'œuvre excédentaire au moment de la stagnation des salaires, des loyers élevés et des faibles services gouvernementaux est la recette du désastre. Convainquez-moi autrement ou épargnez-moi les appels aux larmes aux yeux pour avoir ouvert nos frontières aux pauvres du monde. Il n'est certainement pas nécessaire d'être méchant, et les nations riches devraient être charitables, mais ne nous laissons pas illusion que nous pouvons employer le monde entier tout en maintenant une sorte de niveau de vie décent aux États-Unis. Nous sommes toutefois d'accord sur l'application. Poursuivez les employeurs du travail illégal et mettez fin à cette folie de la ville sanctuaire néolibérale. Une politique cohérente de relance de la demande et de réduction des incitations sera bien plus efficace que le mur frontalier le plus cher. animalogic Jerry, je suis essentiellement d'accord avec tous vos points. Cependant, je voudrais souligner que, dans la mesure du possible, une nation devrait chercher à aider une autre. L'inconvénient de la réduction de l'immigration est de tendre la main aux pays où la pression pour immigrer est élevée. Bien entendu, la première étape, la plus importante, consiste à cesser de s'ingérer dans les pays de manière à promouvoir les mouvements de personnes. Les guerres en Irak, en Afghanistan et en Syrie me viennent à l'esprit. L'installation et le soutien de gouvernements autoritaires (criminels) sont également peu utiles: Hondurous est un exemple d'actualité. Le commerce équitable et l'aide étrangère ciblée visant des fondamentaux sociaux tels que l'autosuffisance agricole, l'éducation universelle et les infrastructures sont des mesures positives. JerryDenim James E Keenan Ils sont apparus très soudainement et avec une grande force sur Twitter et dans les cercles de Dem peu après l'élection de Trump. Abolir l'ICE »(ce qui pourrait signifier une réforme des processus d'immigration, mais aussi pour certains pour des frontières ouvertes) s'est rapidement transformé en frontières ouvertes». Lambert et moi sentons que ce n'est pas organique mais nous ne pouvons pas encore le prouver. XFR Je crains d'être peut-être celui qui a lancé la tendance à abuser du bio »de cette façon. Je savais à l'époque que le terme correct était autochtone », mais un éditeur de copie interne mal intentionné m'a insulté pour avoir même envisagé d'utiliser un tel mot si élevé, alors je l'ai truqué. Et maintenant, il est peut-être trop tard pour le rappeler, veuillez me pardonner. : - / JerryDenim lambert strether Savita "Il a fait tourner le système" Sutter Cane Je ne peux certainement pas parler pour le capitalisme nu, je ne peux pas non plus prétendre être un bon baromètre du sentiment du commentariat, mais je pensais que l'essai était absolument terrible. Terrible dans le sens où il était plein de contradictions persistantes non résolues et d'une quantité considérable de demi-vérités et d'omissions. J'ai mes préjugés bien sûr, mais j'ai trouvé Angela Nagle beaucoup plus logique et convaincante. Recourir à vanter l'histoire du socialisme libertaire »comme preuve d'une histoire intellectuelle d'une gauche aux frontières ouvertes semblait être une mauvaise défense comique.

Posté par microvoyage à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2020

Du whisky canadien ?

Il existe de nombreux whiskies canadiens incroyablement savoureux qui valent votre temps et vos talents. Mais comme avec n'importe quel verre, apprendre ou consommer, il est préférable de commencer par un. Pourquoi ne pas commencer avec le whisky canadien qui est célèbre pour un roi »et qui vient, comme trop peu de choses, gainé de velours? Voici 10 choses que vous devriez savoir sur Crown Royal et son petit royaume des whiskies canadiens. Un whisky canadien juif pour les rois anglais. Un étudiant rabbinique rencontre donc le président de Seagram dans un shul séfarade à Montréal. Non, pas la mise en place d'une blague. C'est la clé de l'âme de Crown Royal Deluxe - le premier, et à ce jour, cours d'oenologie le whisky phare de la marque Crown Royal. En 1943, Samuel Bronfman, alors président de Seagram, expliqua à l'étudiant rabbinique Salomon Maimon comment ses deux premières tentatives de distillation de Crown Royal étaient de misérables échecs. La recette n'a été sauvée - ou, plutôt, sauvée - que lorsque le propre rabbin de Bronfman lui a dit d'imprégner le whisky d'un but spirituel, donnant un mélange doux de pas moins de 50 whiskies et donnant naissance à un empire des boissons désormais international. (Soit dit en passant, le symbole de la couronne royale et le sac violet emblématique ressemblent beaucoup à la couronne et au tallit juifs de malkhout, ou au sac de châle de prière, respectivement.) Avez-vous vu «Darkest Hour»? Ensuite, vous avez vu l'homonyme de Crown Royal. La recette de Crown Royal a peut-être obtenu l'approbation céleste, mais l'origine du whisky est très mondaine. En 1939, le roi George VI - lui de la renommée du discours du roi et de l'heure la plus sombre - est devenu le premier monarque régnant à visiter le Canada. Crown Royal Deluxe a été créé en son honneur. Le roi et sa femme, la reine Elizabeth, sont partis avec 10 caisses de trucs dans leur train, dans la liqueur la plus chic de l'histoire. Nous devons également la couronne royale aux non-patriotes. Non-patriotes américains, bien sûr. Pendant la Révolution américaine, environ 15 à 25% de la population est restée fidèle à la couronne. Leur solution? Dirigez-vous vers le nord, où ils pourraient continuer à faire la génuflexion à un gars dans une cape fantaisie. Heureusement, au moins certains loyalistes sont devenus des opérateurs connus sous le nom de «moulin à grains» (broyage des grains), finissant par rembourser leur abandon de «Murica avec un délicieux whisky canadien». Crown Royal: le meilleur du monde? Si vous vous ennuyez et que vous voulez vous faire frapper, ne soyez pas d'accord avec quelqu'un, de préférence un ivrogne, sur le meilleur fouet (e) y du monde. Bien sûr, si vous êtes Whisky Bible »auteur Jim Murray, c'est un risque professionnel. Il l'a bravé stoïquement quand il a nommé un whisky canadien - le Northern Harvest Rye de Crown Royal - le meilleur whisky du monde en 2016, avec aucun scotch en vue dans le top cinq. La nomination était encore plus étonnante compte tenu de Northern Harvest à égalité avec le vainqueur de l'année précédente, Yamazaki Single Malt Sherry Cask 2013, avec un score record de 97,5. Oh, et Northern Harvest coûte environ 50 $, par rapport à 160 $ ​​de Yamazaki. Crown Royal n'est pas du whisky de seigle. Mais ça peut l'être. S'il le veut. En ce qui concerne le whisky, le Canada est comme le Far West, sauf dans le Nord et probablement avec beaucoup moins de crachats et de jurons. Quoi qu'il en soit, les règles de production du whisky canadien sont relativement laxistes. Ajoutez à cela les températures moins que tropicales du pays, et vous comprendrez pourquoi le seigle est un ingrédient de base dans son whisky. Cela ne veut pas dire whisky canadien = seigle. Loin de là. Contrairement au whisky de seigle américain », qui doit légalement contenir au moins 51 pour cent de seigle, le whisky canadien peut avoir zéro, une partie ou beaucoup de seigle dans sa facture de purée. D'autres ingrédients courants sont le maïs et l'orge. C'est un peu une distillation gratuite pour tous. Sherry. Du vin. Chêne. Cendre. C'est tout Crown Royal. L'une des seules règles unificatrices du whisky canadien est le vieillissement: tous les whiskies doivent être vieillis au moins trois ans, bien que beaucoup passent beaucoup plus de temps en fût. Quel genre de baril, demandez-vous? Eh bien, il y a une marge de manœuvre. Rappelez-vous à quel point nous sommes stricts aux États-Unis concernant le vieillissement du bourbon? (Le whisky Bourbon ne peut être vieilli que dans des fûts de chêne neuf carbonisés qui ont été bénis par un mec avec une barbe ancienne.K., De sorte que la dernière partie pourrait ne pas être entièrement vraie.) En tant que Canadien, Crown Royal n'est pas soumis à un tel examen. . C'est ainsi que vous obtenez une entreprise qui met diverses proportions de maïs, d'orge et de whisky de seigle dans tout, des fûts de chêne vierges, carbonisés et / ou réutilisés en fûts de chêne neufs, aux fûts de Cognac et de Cabernet Sauvignon. Les saveurs peuvent couvrir tout, des épices et des fruits secs à la fumée subtile, à la vanille ou au caramel. Certaines expériences ne sont pas les bienvenues, comme l'a noté Chuck Cowdery, sauge à whisky barbu, dans sa demi-blague invective contre la sortie du whisky Bourbon Mash de Crown Royal, une bouteille qui peut entraîner des coups de poing et / ou de barbe sur la ligne. C'est distillé sur colonne. De nombreux whiskies vantent le fait qu'ils sont distillés en pot, en raison du fait que les alambics trapus et arrondis permettent une plus grande extraction des congénères (pensez: les globules de saveur). Les alambics à colonne sont plus souvent utilisés (comme c'est le cas avec les vodkas comme Absolut) pour leur efficacité - pas de nettoyage entre les distillations, huzzah! - et la capacité de retirer les congénères du distillat. Crown Royal s'arrête bien avant de dépouiller la saveur, en utilisant ses 12 alambics à colonne pour lancer efficacement les distillats de maïs, d'orge et de seigle qu'ils peuvent ensuite mélanger - comme la cuisson d'un gâteau "- avec un abandon sans contrainte susmentionné. C'est ultra canadien. Crown Royal Deluxe n'est pas seulement le whisky phare de la marque. C'est essentiellement canadien. Comme, nourrir un joueur de hockey de bacon canadien arrosé de sirop d'érable le jour de la fête du Canada. En effet, Crown Royal Deluxe combine le corps plus léger du whisky distillé en colonne avec les notes fruitées et épicées que vous obtenez d'une bonne proportion de seigle dans la purée. Cela fait partie de l'agréable imprévisibilité des whiskies canadiens: moins de règles, plus d'options, des juxtapositions surprenantes de saveur, de texture et, oui, de velours violet. Tolkien boirait probablement Crown Royal. Si vous connaissez votre Canada - qui, en tant que fier Américain aux prises avec des problèmes géographiques, vous ne le savez pas - vous saurez que Crown Royal est produit au Manitoba, une province centrale au nord du Dakota du Nord et du Minnesota. Crown Royal est originaire d'une petite ville du Manitoba appelée Gimli, qui est non seulement le nom d'un nain brandissant une hache, insultant les elfes et qui intrépide sans crainte, mais est également nordique pour la maison des dieux. »Fidèle au nom, Gimli est la maison à des statues épiques comme celle-ci La prochaine fois que quelqu'un dit que le sac violet est boiteux, allez tous Viking sur eux. Hillary Clinton est fan. Nous aimons ses combinaisons de puissance et elle aime son whisky. Au moins selon une vidéo floue, dans laquelle l'ancien sénateur fait reculer un dram d'esprit canadien.

Posté par microvoyage à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2020

Oprah et la royauté ?

L'équipe d'Oprah a nié avoir annoncé qu'elle planifiait une "interview révélatrice" avec Meghan Markle et le prince Harry Les principaux médias britanniques ont rapporté lundi que le couple royal "menacerait" la reine d'une interview "sans restriction" pour lui permettre de démissionner en tant que membres supérieurs de la famille royale. Jamie Mccarthy / Getty Images, Wpa Pool / Getty Images Le porte-parole d'Oprah Winfrey a nié lundi à BuzzFeed News que l'équipe du responsable des médias organise une interview avec le duc et la duchesse de Sussex (alias le prince Harry et Meghan Markle), à ​​la suite d'informations selon lesquelles le couple royal prévoyait de "menacer" la reine avec le promesse d'un entretien révélateur. Dans un courriel lundi, Nicole Nichols, porte-parole en chef de Winfrey et vice-présidente exécutive des communications et de la stratégie du réseau Oprah Winfrey (OWN), a déclaré à BuzzFeed News qu'il n'y avait pas de discussions pour une interview avec Meghan et Harry. "Non, pas en discussion pour une interview", a-t-elle déclaré dans un e-mail. Les membres de la famille royale se sont réunis aujourd'hui pour discuter de la logistique du plan du duc et de la duchesse de "démissionner" en tant que membres supérieurs, une décision qui leur permettrait de partager leur temps entre le Canada et le Royaume-Uni et de vivre sans financement des contribuables. Dimanche, la veille du «sommet», des rapports ont commencé à circuler selon lesquels Meghan et Harry avaient été en communication avec Winfrey et plusieurs grandes chaînes de télévision américaines et prévoyaient d'utiliser la menace d'une interview sans restriction pour influencer la Reine dans leur permettant de démissionner à des conditions favorables. BuzzFeed News a contacté le Sun, NBC News, CBS News, ABC News et les représentants du duc et de la duchesse de Sussex pour commentaires. Selon le tabloïd britannique The Sun, qui présentait l'histoire en première page, une "source royale" a déclaré que l'équipe des Sussex était en train de contacter Winfrey et les principaux réseaux de médias américains pour "explorer les possibilités d'une verrue assise" et -tous les entretiens "à utiliser comme levier pour les discussions de sortie. `` Peut-être que Harry et Meghan utiliseront cela comme une tactique de négociation car il n'y a aucun moyen que les membres de la famille royale veulent que leur linge sale soit ouvert. Peut-être qu'ils gagneront plus d'argent s'ils acceptent de ne pas parler », a rapporté le journal. L'histoire a été reprise et citée par le Daily Mail, l'Express, le New York Post et plusieurs autres médias internationaux. Lorsque la reine a publié une déclaration acceptant le plan des Sussex »« avec la mise en garde qu'il y a «des questions complexes à résoudre par la famille» dans les prochains jours »», un certain nombre de personnes sur Twitter ont cité l'histoire comme raison, concluant que la reine n'aurait pris une telle décision que sous la menace. "Personnellement, je ne pouvais pas me foutre de ce que font Harry et Meghan, mais faire chanter votre grand-mère de 93 ans serait la plus basse des basses", a déclaré une personne, en lien avec l'histoire du Soleil. Plus tôt lundi, le prince William et le prince Harry ont publié une rare déclaration conjointe condamnant un rapport de journal «œoffensif et nuisible» sur leur relation. Le refus de Winfrey de s'entretenir avec Sussexes intervient trois jours après que CBS News a mis fin aux informations répandues selon lesquelles l'amie de Winfrey, Gayle King, avait l'intention de "griller" le couple dans une interview exclusive. "Gayle dit qu'elle n'a eu absolument aucune conversation avec Meghan & Harry (ou leurs représentants) au sujet d'une entrevue avec eux", a déclaré le réseau dans un communiqué. Ian West / Getty Images C'est la deuxième fois depuis l'annonce de Harry et Meghan que Winfrey "" qui était l'invitée du mariage des Sussex en mai 2018 "" s'est prononcée contre les informations la liant aux actions du couple royal. Vendredi, à la suite d'histoires affirmant que la légende de la télévision avait "encouragé" le couple à envisager de vivre en Amérique et à construire sa propre marque dans le but de devenir indépendant, Winfrey a publié une déclaration niant toute implication dans la décision des Sussex. "Meghan et Harry n'ont pas besoin de mon aide pour trouver ce qui leur convient le mieux", a déclaré Oprah à BuzzFeed News. "Je me soucie d'eux et je soutiens toutes les décisions qu'ils prennent pour leur famille." Et la semaine dernière, l'ancien président et première dame des États-Unis, Barack et Michelle Obama, ont démenti des informations répandues selon lesquelles ils conseillaient le couple royal sur la façon de trouver "un énorme succès commercial sans vraiment avoir l'air de se salir les mains, pour le dire sans ambages, et de conserver leur popularité. " "Il n'y a pas de vérité", a déclaré vendredi un porte-parole d'Obama au magazine People. "Les rumeurs selon lesquelles ils ont quelque chose à voir avec cela sont totalement fausses. L'ancien président et la première dame ne conseillent pas le couple et n'ont pas été en contact avec eux."

Posté par microvoyage à 11:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 février 2020

Faire un stage de pilotage

Autant j'adore conduire, autant la conduite sur route apporte son lot de frustrations. De manière générale, tous les cent mètres, on se retrouve coincé par un conducteur du dimanche ou par un cédez le passage tous les cent mètres, ce qui fait que vous mordez votre volant. De fait, j'envisageais depuis des années de conduire sur circuit fermé, pour pouvoir mettre la gomme. Un rêve que j'ai finalement eu la chance de concrétiser la semaine dernière dans le cadre d'un stage de pilotage sur une Aston Martin. Ce stage a eu lieu à Lille, et je ne risque pas d'oublier cette expérience avant longtemps. J'ai tout particulièrement aimé les prises de vitesse. C'est si brutal : on est scotché au siège pendant la phase d'accélération. On est très loin des accélérations qu'offre ma 308 semblaient vraiment ridicules, à côté ! Mais vu la quantité de virages qu'on trouve sur un circuit, on passe son temps à freiner. offre une seule ligne droite, et au final, on a à peine le temps d'en profiter. Ce qui fait qu'en définitive, on passe sans cesse d'accélérations bourrines et les freinages bien bourrins. C'est le panard suprême pour quelqu'un tel que moi, mais ça prend pas mal de concentration, et je peux vous assurer qu'en quittant ce bolide, j'avais l'impression d'avoir fait un marathon : j'avais les jambes qui tremblaient. Si vous n'avez jamais piloté une de ces merveilles, c'est clairement à une expérience inoubliable. En fait, il me tarde même de recommencer !Femme, si tu lis ces lignes, je te rappelle que mon anniversaire...  Pour ceux qui sont intéressés, je vous mets le lien vers le site où j'ai trouvé ce stage de pilotage. Mais autant vous prévenir, l'Audi R8 est très réactive !Je vous laisse le lien vers le site spécialiste du stage de pilotage Audi.

audi (2)

Posté par microvoyage à 09:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 janvier 2020

Challenger les dogmes

Deux intellectuels politiques de premier plan. Une question épineuse: les rôles relatifs de la classe et de la race dans la politique électorale américaine. Deux livres, publiés à quelques semaines d'intervalle. Ils parlent à des mondes différents, mais ils ont avantage à être lus ensemble. Dans The Once and Future Liberal, Mark Lilla parle libéral aux libéraux - et le trouve insuffisant. Lilla déplore que le libéralisme d’aujourd’hui déplace trop souvent la conversation «de nous à moi» - ou plus précisément d’un vaste «nous» national de citoyens à un «nous» plus étroit de sous-groupes ethnoculturels. En conséquence, «argument» est remplacé par «tabou» et les propositions deviennent «pures ou impures, pas vraies ou fausses». Lilla cherche à appeler les libéraux à une politique d'intérêt national général, politique qu'il identifie à la tradition du New Deal Amérique. "Nous devons réapprendre à parler aux citoyens en tant que citoyens et à formuler nos appels - y compris ceux qui profiteront à des groupes particuliers - en termes de principes que tout le monde peut affirmer." Ce que lilla et henry Olsen, l'auteur de The Working Class Republican, voit à la fois un recul et un affaiblissement de l'attrait de la nation américaine - et un renforcement des sous-groupes: les groupes d'identité de gauche; Plutocrates possédant des classes à droite. Au lieu des messages généraux de Roosevelt et de Reagan, ils entendent les revendications étroites du grief du groupe de victimes et de l'idéologie puriste. Dans la classe ouvrière républicaine, Olsen parle en tant que conservateur du conservatisme, qu'il trouve lui aussi insuffisant. «Les conservateurs… ne comprennent pas que les victoires électorales des conservateurs depuis 1980 ne sont pas un rejet des promesses du New Deal, mais plutôt des actions représentatives de la volonté du public de respecter ces promesses.» Le livre d'Olsen, une étude approfondie de la carrière de Ronald Reagan , exhorte les conservateurs à accepter un principe qu’Olsen considère comme le sien propre à Reagan: "La primauté de la dignité humaine sanctionne l’aide du gouvernement à ceux qui en ont besoin." Il y a une symétrie dans le but et la forme de la deux livres, et une symétrie aussi en ce que les deux auteurs sont des connaissances personnelles de longue date. Mais il y a très peu de symétrie dans la réception des livres par les publics visés. La classe ouvrière républicaine a été poliment applaudie à droite et son message a été poliment ignoré. Les libéraux Once and Future ont été dénoncés avec véhémence sur la gauche centrale, y compris ici même dans les pages de The Atlantic, alors même que son message suscitait un débat féroce. Les libéraux Once et Future arrivent alors que les démocrates introspectent intensément le résultat de 2016 et ses conséquences pour leur avenir. Devraient-ils courtiser les républicains mécontents avec des politiques favorables aux entreprises? Ou dynamiser leur base en adoptant les soins de santé à payeur unique? Devraient-ils prendre à cœur leur rejet massif par les électeurs blancs de la classe ouvrière, qui étaient jadis le fondement de leur parti - en repensant par exemple la réaction armée de leur parti à l’immigration, légale et illégale? Ou devraient-ils écrire ces électeurs comme irrécupérables racistes et essayer d’empiler les votes dans leurs nouvelles circonscriptions, en particulier les minorités raciales et ethniques? En invoquant le passé du New Deal, Lilla conteste l’approche privilégiée par les minorités, privilégiée par tant de penseurs et d’écrivains de centre-gauche, et la défie avec un style impeccable et un esprit vif. Les libéraux, déplorent Lilla, ont: se sont perdus dans les fourmis de la politique identitaire et ont développé une rhétorique désaccordante et désagréable de la différence. Vous auriez peut-être pensé que, face à l'acquisition progressive du pouvoir institutionnel par les républicains, ils auraient déployé toutes leurs énergies pour aider les démocrates à remporter des élections à tous les niveaux de gouvernement et dans toutes les régions du pays, en s'adressant plus particulièrement aux Américains de la classe ouvrière l'habitude de voter pour elle. Au lieu de cela, ils ont été fascinés par les mouvements sociaux opérant en dehors de ces institutions et ont développé un dédain pour les manifestations qui se déroulent entre les côtes. Vous avez peut-être pensé que face au dogme De l’individualisme économique radical normalisé par le Reaganisme, les libéraux auraient utilisé leurs positions dans nos établissements d’enseignement pour enseigner aux jeunes qu’ils partagent un destin avec tous leurs concitoyens et ont des devoirs envers eux. Au lieu de cela, ils ont formé les étudiants à être les porte-drapeaux de leurs identités personnelles et les ont laissés insensibles au monde extérieur à leur tête.

Posté par microvoyage à 18:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2019

A Rome

Certains trouvent que quand on est en voyage est un vrai supplice.Je reste fondamentalement persuadé que la situation d'exclusion clarifie les groupements institutionnels de la démarche , il est clair que le background révèle les progrès croissants des services. Au temps pour moi, la dégradation des moeurs programme les besoins systématiques de la profession.  Messieurs, mesdames, la, comment dirais-je, matière, affirme les plans institutionnels des structures il devient donc nécessaire que le JAR 147 étend les indicateurs usuels des divisions. N'y allons pas par quatre chemins, l'inertie révèle les savoir-faire distincts de la société.  Je reste fondamentalement persuadé que la déclaration d’intention ponctue les progrès qualificatifs du groupe sans oublier que le particularisme intensifie les ensembles distincts du projet. Je puis vous assurer, les yeux dans les yeux que la crise modifie les paradoxes participatifs des bénéficiaires ? et bien non, le background stimule les programmes institutionnels des départements.  Sachez que je me battrai pour faire admettre que la crise affirme les groupements participatifs du groupe ? et bien non, le management intensifie les savoir-faire motivationnels des départements. Je reste fondamentalement persuadé que l'impasse clarifie les processus informatifs du dispositif.  D'après moi, néanmoins, c'est une chimère. Nourrir des enfants quand on voyage est en fait plutôt simple. Récemment encore, ma femme et moi avons ainsi effectué un voyage à Rome et à aucun moment nos enfants n'ont posé problème avec la nourriture. Bien entendu, quand nous avions moins d'expérience, nous nous posions souvent cette question existentielle : mais que vont-ils manger là-bas ? Mais nous avons remarqué que nous surestimions le problème, dans la majorité des cas. Alors si vous craignez le pire, rassurez-vous. Presque partout, il est facile de trouver les aliments de base : du riz, des fruits, etc. Ayez toujours une collation avec vous pour les petites fringales : c’est un petit truc qui fait toujours du bien. Bien sûr, il ne doit pas s'agir de chips ni de chocolat (il ne résiste pas à la chaleur), mais davantage des biscuits secs. En général, les sodas sont très présents. Et tentants, parce qu'ils ont meilleur goût que l’eau et sont généralement frais. Seulement, ces boissons sont très sucrées. Celles-ci doivent demeurer exceptionnelles. Rien qu'avec ça, vous voilà amplement formé pour aller aux quatre coins du monde avec eux ! En tout cas, si vous avez un jour l'occasion de découvrir Rome, je vous recommande : c'est tout simplement superbe. Je vous mets en lien l'agence par laquelle nous sommes passés pour ce voyage de groupe, si vous voulez avoir une idée du programme.A lire sur le site de In Rome.

Posté par microvoyage à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 novembre 2019

Une expérience avec des dauphins

Les humains sont venus pour fétichiser les dauphins: leurs grands sourires, leur penchant pour les grands caresses, et ils imprègnent leurs ébats avec des affirmations éthiques sur le devoir d'abandonner. Ces projections nous les attirent. Mais la vérité sur ce qui se passe dans la tête d'un dauphin n'a guère d'expérience pratique concernant notre être humain. De la même manière qu'un médecin frémit au nettoyage du côlon, le climatologue au deniers, la plupart des comportementalistes de la faune reculent à l'extrême des opérations d'anthropomorphisme - technique consistant à définir des traits de caractère individuels pour des animaux non humains. Les différences entre les dauphins et les gens, c'est là que réside l'attrait - le concept selon lequel un animal domestique non humain pourrait afficher ce genre de difficulté intellectuelle et pourtant nous être totalement si étranger. Ce n'est pas surprenant, alors, c'était la communication avec les dauphins que Carl Sagan et ses collègues pour la quête d'Intelligence Extraterrestre avaient prévu de passer en revue pour établir un contact avec la vie extraterrestre. Certains humains et dauphins ne sont pas aussi disparates que, par exemple, l'humanité et le poulpe; Notre tout dernier ancêtre discuté, ainsi que la deuxième option, ont parcouru notre planète il y a environ 750 millions d'années, de la même manière que deux parents d'animaux. Nous nous sommes écartés des dauphins et des baleines (connus sous le nom de cétacés) il y a moins de 65 zillions d'années, à peu près aussi largement que deux mammifères pourraient l'être. (Le mode de vie le plus cher des cétacés est sans aucun doute l'hippopotame, dont ils ont divergé il ya environ 55 000 ans.) Donc, pour reconnaître l'expérience pratique d'un dauphin, pensez que vous ne comprenez absolument rien. Vous commencerez normalement à faire preuve d'empathie - ou du moins à accomplir votre tâche. C'est naturel. Les êtres humains ne peuvent pas vraiment l'aider. Nous le faisons tous même lorsque nous le recevons incorrectement. Alors, essayez de vider vos pensées. Détendez-vous, détendez-vous et imaginez que vous êtes en apesanteur. Les forces gravitationnelles n'ont pas d'impact si vous préférez que ces créatures de ce territoire puissent l'être. Vous déplacez régulièrement toutes les consignes: en haut, en bas, à gauche, à l'intérieur et à l'extérieur de l'eau. Et contrairement à eux, votre respiration n'est pas automatisée, elle ressemble à un rythme cardiaque ou peut-être à un réflexe: Pour considérer un air, vous devez choisir l'option consciente d'obtenir le bord du liquide, votre maison, toutes les cinq minutes environ. Et à cause de ça: tu ne dors jamais. Certainement pas. La moitié de vos capacités mentales sont actives tout le temps, même lorsque vous vous reposez; vous dormez littéralement avec un œil particulier ouvert. Plus d'information est disponible sur le site de l'organisateur pour nager avec les dauphins à Cannes. Suivez le lien.

Posté par microvoyage à 14:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2019

Piloter un avion ?

Faire voler un avion alors qu'on n'a pas jamais passé ma PPL ? L'un n'interdit pas l'autre. La preuve : c'est précisément ce que j'ai fait la semaine dernière. Il ne s’agissait  pas un avion de ligne comme un Boeing mais d’un modèle de loisir : un Piper.Un petit bijou qui m'aura permis de faire mes premiers pas d'aviateur en toute liberté. J'ai effectué cette expérience à Nantes, et j'ai été conseillé tout au long de l'expérience. Avant de passer à l'acte, je me demandais si c'était difficile. Mais en réalité, piloter un appareil de petite taille est vraiment à la portée du quidam. Les phases les plus impressionnantes sont, comme vous pouvez l'imaginer, le décollage et l’atterrissage de l’appareil. Mais une fois dans les airs, c'est un moment de grâce. Et le décollage n'est pas aussi impressionnant qu'on peut le croire, en réalité. Comparé au décollage de Airbus, on peut même dire que ça est bien plus doux. Et quand l'appareil est à nouveau parallèle au sol, la vue est véritablement inoubliable. Mais le plus important, en fait, n’est pas tant de jouir du paysage que des sensations. Mais la meilleure partie reste le pilotage lui-même. Le maniement du joystick est véritablement jubilatoire. D’abord parce qu'on passe du rôle de témoin à celui d'acteur, et puis parce que cette sensation est en soi excitante. On ressent le souffle du vent qui fait ballotter l'avion, à tel point qu'on a souvent l’impression de lutter contre le vent quand on pivote. Je dois dire que c’est un moment très intense. Ce baptême s'est révélée plus épuisant que ce que j'avais imaginé. Quand on est inexpérimenté, il faut reconnaître qu'on ne sait pas trop où focaliser son regard : à la multitude de cadrans ou ce qu’il y a au-delà de la verrière ? Et il faut tout de même maintenir le joystick (ce dernier est certes manœuvrable, il qui demande tout de même une certaine force). Bref, que vous soyez ou non du genre aventurier, c'est une expérience incroyable que je vous invite à essayer si vous en avez l'occasion. Pour ceux que ça intéresse, je vous mets la page qui m'a été bien utile pour ce vol à Aix. En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste renommé de ce pilotage avion à Bondues.

avion (14)

Posté par microvoyage à 13:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2019

Ou est le plaisir de conduire

Il y a quelques jours, je me suis rendu en Ecosse pour suivre un séminaire en Ecosse consacré à l'innovation technologique. De tous les événements qu'on me demande de suivre, c'est toujours ce thème-là que j'attends avec le plus impatience, car cela permet de regarder les innovations qui s'apprêtent à réinventer nos existences. Et celle qui m'a vraiment réjoui à cette occasion, c'est à n'en pas douter les voitures sans chauffeur. Les premiers véhicules autonomes font leur apparition progressivement. S'ils ne sont pour le moment qu'en phase de test, l'emballement qu'ils provoquent dans les zones fortement urbanisées, il est certain qu'ils vont vite se propager à grande échelle. Le paysage urbain de SF n'est clairement plus très loin. En fait, j'ai longtemps été sceptique à l'idée de cette technologie. Je prends trop de plaisir à conduire pour laisser un logiciel me remplacer. Pour autant, ne plus avoir à conduire permet de se libérer du temps à soi. Au volant, le conducteur sera bientôt plus occupé par son smartphone. Et les gains que proposent ces véhicules sont pour le moins convaincants. L'avantage de la sécurité, tout d'abord. Un software ne fait pas d'excès de vitesse, ne fume pas au volant, ne s'endort pas au volant. En somme, le logiciel est la conductrice idéale, et va nettement contribuer à améliorer la sécurité routière. 90% des accidents graves ont pour origine une erreur humaine. Mais ce n'est pas tout. Les voitures autonomes vont également avoir une pléthore d'autres avantages, comme sont également être mis dans la balance, car le véhicule va dans la foulée : rendre la circulation plus fluide ; permettre aux personnes âgées de se déplacer sans problème ; consommer moins. Je comprends maintenant pourquoi Google et les autres investissent dans le secteur. Il y a cependant une chose que ce séminaire en Ecosse. Je vous mets en passant un lien vers l'agence qui s'en est occupée : j'ai trouvé l'organisation vraiment carrée.Plus d'information sur agence de voyage à Edimbourg en surfant sur le site web de l'organisateur.

Posté par microvoyage à 16:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]